Menu Close

Les origines du design par…

…Bernard Stiegler
ou le tournant de la révolution industrielle

« Je pense que la question du design n’advient qu’à partir du moment où l’on décide de faire des objets nouveaux
qui ne sont pas reçus de la tradition et de les socialiser. Pendant des centaines de milliers d’années,
l’homme a fait des objets sans décider de les faire. Il était pris dans des mécanismes traditionnels et quasiment
inconscients de production d’objets, sur lesquels il n’avait pas de réflexion explicite et thématique quant
à leur évolution d’ensemble et quant à leur pratique (les objets étaient les productions et les supports de
pratiques de singularités). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y avait aucune réflexion. Un artisan qui travaille un
objet réfléchit, mais dans les limites d’un concept qu’il reçoit d’une tradition. Les pratiques s’inventaient au fil
du temps : elles n’étaient pas prescrites par des modes d’emploi ou des campagnes publicitaires, elles-mêmes
préparées par des études de marketing. À partir de la Révolution industrielle, avec l’apparition quotidienne
d’objets nouveaux sur le marché, se pose le problème de leur socialisation, c’est-à-dire de leur adoption par
ce que l’on n’appelle pas encore « le client ». Ce n’est cependant pas encore le design, mais on parle assez tôt
d’art industriel, comme le fait dire Flaubert au sieur Arnoux de L’Éducation sentimentale. Ce n’est qu’à partir
du XXè siècle que l’on va véritablement raisonner en termes de design et instruire une réflexion systématique
sur l’objet, sur son esthétique fonctionnelle et sur son esthétique figurative, pour reprendre deux concepts de
Leroi-Gourhan*. »

Bernard Stiegler, entretien avec Catherine Geel,
« Quand s’usent les usages, un design de la responsabilité ? », Azimut n°24, 2004.

Histoire du design