Menu Close

Gaetano Pesce, Texte de l’affiche-manifeste Cassina, 1980.


« Les codes qui ont régi notre moment historique sont-ils en train de changer ? Sommes-nous en train de changer de comportements, d’aspirations, de désirs, d’espoirs, de volontés, de base, de projets, d’imagination, de rêves, de perspectives, d’attentes, de pensées, d’inventions, d’idéologies, de conceptions…?
Notre époque historique a-t-elle fait son temps ? Et, avec elle, les manuels qui l’ont caractérisée et qui furent ses référents ? Nos codes ne seront-ils plus que mémoire ? Quels autres livres adviendront ? Lesquels demeureront ? Voire pas de codes du tout ? Le futur nous réserve-t-il davantage ou moins de liberté par rapport au moment qui passe ou à d’autres moments de l’histoire ? Le futur nous réserve-t-il richesse ou pauvreté ? Serons-nous encore longtemps contraints au silence ? Nous sera-t-il permis d’exprimer notre existence minoritaire et personnelle ? Le crépuscule des capitales, qu’elles soient géographiques ou idéologiques, du « goût », religieuses, économiques, politiques, est-il un événement proche ? Qu’entend-on par « vivre demain » ? La musique décline nos humeurs. Le futur remettra-t-il en évidence la relation indissociable entre conceptions neuves et réalisations nouvelles ? Les temps nouveaux aboliront-ils nos complexes face à une illusoire perte d’identité ? Les temps à venir sauront-ils ainsi bannir la nostalgie ?

Verso de l’affiche

In Mobilia, n° 296-297, 1980, p. 9.
« Manifest gegen die Nostalgie », in Inside, n° 140, 1980, p. 7.

In Gaetano Pesce, Cinq techniques pour le verre / L’expérience au CIRVA, Musées de Marseille – Réunion des musées nationaux, 1992.

Uncategorized